samedi 6 août 2011

Autre meurtre de la police, autre émeute de la population

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/08/06/007-londres-tottenham-manifestations.shtml

Je viens de tomber là-dessus et je ne connais pas les détails.

Je n'ai rien contre les révoltes et les émeutes (est-ce que j'ai le droit de dire ça sur mon blog?), mais c'est souvent un phénomène éphémère où les gens passent leurs frustrations. Je peux comprendre et je ne condamne pas, mais selon moi la solution à long terme passe par l'organisation politique.

Seul problème c'est que je ne vois pas vraiment qui pourrait jouer ce rôle au Québec et à Montréal. Peut-être l'UCL, mais ils et elles devront selon moi changer leur stratégie, du moins d'un point de vue extérieur. C'est peut-être moi qui ne comprend pas ce que l'UCL cherche à faire ou plus précisément, comment ils et elles vont faire pour «radicaliser les masses».

De toute façon, je crois que la révolution doit être internationale ou elle ne sera point.

11 commentaires:

Mouton Marron a dit…

Peut-être que la police va finir par comprendre que ses propres bavures causent des troubles sociaux.

anarchopragmatisme a dit…

Présentement, les gens ne sont pas assez éduqués (et le Québec est une des moins pires places) pour qu'une révolution internationale se produise. Il faut la faire localement, par groupes de 4 ou 5 personnes, avec quelques collaborations organisationnelles sporadiques pour établir à long terme une nouvelle contre-économie d'autogestion.

Que l'UCL cesse de coucher parfois avec la gau-gauche étatiste, et ce sera déjà un progrès. Je ne suis pas un grand fan de leur approche plateformiste, mais ce n'est pas une approche invalide en soi. Je viens de mentionner leur problème principal...

anarchopragmatisme a dit…

"Je n'ai rien contre les révoltes et les émeutes (est-ce que j'ai le droit de dire ça sur mon blog?), mais c'est souvent un phénomène éphémère où les gens passent leurs frustrations. Je peux comprendre et je ne condamne pas, mais selon moi la solution à long terme passe par l'organisation politique."

Personnellement, je condamne la partie pillage faite par des voyous de gangs de rue (sauf la vengeance contre la police, qui est explicable: rappelons aussi que la police est responsable de l'essor des gangs de rue, en raison de leur guerre contre la drogue et d'autres non-crimes)

Mais de toute façon, tu peux bien dire ce que tu veux. Après tout, il y a bien pire, des libertariens qui sont indifférents face à la répression policière à Torontonamo! (je fais référence aux commentaires, pas au billet)

http://www.leblogueduql.org/2011/07/pourquoi-hait-on-la-police.html?cid=6a00d8341cb44a53ef014e89f68215970d#comment-6a00d8341cb44a53ef014e89f68215970d

Bakouchaïev a dit…

@ MM : Je pense que c'est un problème systémique chez la police qu'ils ne peuvent enrayer.

Un peu comme les crises systémiques du système capitaliste. Aucune mesure ne pourraient les enrayer (ça mériterait d'être développé comme théorie, mais l'Histoire semble me donner raison). Il faut se débarasser de la police et non pas la réformer en lui donnant des cours de philosophie ou sur l'art d'employer un taser gun.

@ anarcho pragmatisme : Je pense que c'est plus un manque au niveau de l'organisation, quoi que c'est aussi un problème d'éducation. Mais pas juste dans la population en général, mais aussi dans les universités et le milieu militant.

Je trouve aussi qu'on manque de visions et de projets pour la société. On fait juste chialer contre les coupures, mais on ne propose rien de concret.

J'ai fait attention dans mes propos contre la stratégie de l'UCL, car je me suis fait engueuler par un ancien militant de la NEFAC. Le pire c'est que c'est un bon ami (le problème s'est règlé par la suite). Comme quoi les débats sont souvent difficiles, si ce n'est pas impossible.

Je n'aime pas non plus la plateforme. Je trouve ça contraignant.

Bakouchaïev a dit…

@ anarcho pragmatisme : le pillage selon moi est légitime si on parle de pauvres ou de gens vivant dans des conditions difficiles.

Le système capitialite volent les travailleurs et travailleuses.

anarchopragmatisme a dit…

"le pillage selon moi est légitime si on parle de pauvres ou de gens vivant dans des conditions difficiles.

Le système capitaliste volent les travailleurs et travailleuses."

En effet, mais dans cas-ci, ils n'ont pas pillé pour cette raison. Ils n'ont fait que de profiter de la situation.

anarchopragmatisme a dit…

"Mais pas juste dans la population en général, mais aussi dans les universités et le milieu militant."

Et comme on est en train d'éliminer la majeure partie de la clientèle potentielle anarchiste dans les universités, i.e. les pauvres brillants... (ce n'est pas pour rien que les frais de scolarité augmentent...)

agitateur a dit…

Si la propriété n'existait pas, on ne parlerait même plus de "pillage".

En d'autres termes, on s'en câlisse que des personnes volent des magasins. So what ? C'est pas ça le problème.

Mouton Marron a dit…

Ça y est, il y a eu un mort de plus. Le gouvernement ne s'en peut plus de menacer le monde.

Les immigrant-e-s de G-B vont passer un très mauvais quart d'heure.

Sait-on si les gens s'organisent? J'ai l'impression que ces émeutes vont mener à rien.

Bakouchaïev a dit…

@ MM : À ce que je sache, les émeutes, même quand elles sont à caractère politique, ne mènent à rien.

Mais les gens sont trop pris par leur quotidien pour s'impliquer et quand ils et elles le font, c'est de manière réformiste ou pour prendre le pouvoir.

Deux chemins qui ne m'intéressent pas.

D'accord pour dire avec l'agitateur que si la propriété est collective, on ne parlerait pas de pillage. Mais la solution passe par la collectivité et non par l'État, qui n'est pas en mesure de représenter la collectivité.

Mouton Marron a dit…

Bakouchaïev: Dépend de ce qu'on entend par émeute.

Je pense qu'il pourrait encore y avoir du "pillage" même si la propriété était collectivisée. Une société plus libre ne serait pas exempte de problèmes.