dimanche 28 décembre 2008

Introduction à l'économie participative

Selon moi la meilleure critique que l'on peut adresser aux anarchistes (bien qu'elles soient nombreuses), est de ne pas être en mesure d'expliquer ce qui devrait remplacer le capitalisme et l'État, à la suite de leur révolution.

Et bien sachez que certaines personnes y travaillent et en ce qui concerne l'économie, le résultat est très intéressant:

http://kropot.free.fr/Baillargeon-ecopar.htm.

Je connais moins ce qui se fait au niveau d'alternatives concernant le système politique, bien que je sâches que d'autres modèles existent. Je n'ai pas encore eu le temps de juger de leurs valeurs.
L'importance d'avoir une vision de la société post-capitaliste est primordiale et est trop peu abordée.

Probablement parce que c'est ce qui demande le plus de réflexion et d'efforts, ce que plusieurs personnes redoutent ardamment.

jeudi 25 décembre 2008

Smile like you mean it

Je n'écrirais pas un message pareil si cette chanson n'existait pas , preuve comme quoi la musique a une influence sur nous. Je me retrouve donc à tenter d'élaborer un texte, justifiant la diffusion de ce clip sur mon blog.

Je ne suis pas heureux et ne le serai probablement jamais. Cela dit, dans la mesure où je suis en vie (un peu malgré moi je l'admet), trouver des trucs pour me rendre l'existence moins pénible n'est pas une mauvaise idée.

Voilà qu'entre en ligne de compte, le concept du relativisme. Je perçois la vie comme étant abjecte, merdique et profondément injuste. Hors, la vie humaine (on s'en rend compte en vieillissant) passe très vite. On peut donc envisager de sourire devant nos malheurs personels (quels qu'ils soient), en se disant que de toute façon, nous mourrons tôt ou tard et que la chose arrive beaucoup plus vite que certains et certaines ne le pensent. Ce n'est probablement pas ce à quoi pensait l'artiste au moment d'écrire sa chanson, mais on s'en sacre!

Tout ça pour dire que le malheur est une chose éphémère, car la vie elle-même ne dure qu'un temps. Aussi bien se concentrer sur le peu de positif que nous offre notre existence (bien que profondément merdique dans mon cas) tout en tentant d'améliorer ou de rendre moins pénible la portion négative de notre vie (la majeure partie de ma vie quoi). Et quand ce n'est pas possible, il faut juste relativiser l'ampleur de notre souffrance, on en a vu d'autres de toute façon, la vie passe très vite et un jour, on va crever.

Smile like you mean it.

video

Un classique

Bon je sais, le niveau intellectuel vole assez bas, mais a-t-il déjà été élevé sur ce blog? Poser la question, c'est y répondre. Ça demeure toujours plus constructif que ce que font certaines personnes.....

Je n'aime pas Noël outre mesure (pour diverses raisons), mais c'est difficile de ne pas fredonner cet air durant cette période estivale.

video

mercredi 24 décembre 2008

Le temps des réjouissances!

Ah, c'est ce temps de l'année qui me rappelle à quel point la vie est belle et bien faite! Bien sûr, je m'attends à ce que cette tendance se poursuive durant 2009.

Bien sûr, je me suis encroe planté, mais je le méritais.

video

PS: J'étais sarcastique. J'emmerde Noël et je dis au Père-Noël de se fourrer ses cadeaux dans le cul.

dimanche 21 décembre 2008

Remercier «Dieu» pour nos souffrances?

J'ai mis «Dieu» entre guillemets dans la mesure où son existence est hypotétique et non scientifique (remarquez que le même principe s'applique à sa non-existence). Bien que je conçois qu'il ne peut y avoir de Bien sans Mal, devrions nous pour autant remercier «Dieu» de nous laisser souffrir? Mais au nom de quel principe tordu? Et bien que je ne souhaite pas le malheur aux autres, leur bonheur à eux n'affecte en rien mon propre malheur. Si ça se trouve, il ne fait que me rendre jaloux (sentiment malsain je le conçois) et mon malheur n'existerait pas sans leur bonheur et celui des autres.

On peut difficilement avancer le principe du libre-arbitre, car ce dernier est dénué de sens lorsqu'on le confronte à la réalité. Les gens subissent leur pauvreté ainsi que la guerre, la famine, la maladie et l'ostracisation. La liberté en ce bas monde est une idée, un concept et une valeur. Hors, nous vivons dans un monde de contraintes où nos choix sont restraints, voir inexisants.

Dans la Bible et le livre de Job, Dieu impose le malheur à un croyant (par l'entremise de Satan), afin d'éprouver sa foi.

«Et Satan de riposter: -Est-ce pour rien que Job craint Dieu? N'as-tu pas dressé une haie devant lui, devant sa maison et son domaine alentour? Tu as béni toutes ses entreprises, ses troupeaux pullulent dans le pays. Mais étends la main et touche à ses biens; je te jure qu'il te maudira en face!

-Soit! dit Yahvé à Satan, tous ses biens sont en ton pouvoir. Évite seulement de porter la main sur lui.»

Job, chapitre 1, versets 9-12, page 601.

Mon interprétation de ce passage et de l'histoire de Job, est semblable à celle faite dans une émission de South-Park. Dieu a fait une gagure stupide avec Satan et à cause de l'égo de Dieu, Job qui est un honnête homme, doit en payer le prix. Donc, même en tentant de donner un sens à ce qui semble injuste et illogique, la Bible ne fait qu'empirer l'image que l'on peut avoir de Dieu, soit un être qui se fou éperdument de la misère hunaine.

La seule justice qui puisse émaner de cette Terre, elle vient des êtres humains. Hors jusqu'à maintenant, on ne peut que constater leur échec lamentable. Mais ont-ils déjà même essayé, en dehors d'une poignée d'idéalistes?

Pour ce qui est de la chanson plus bas, il y a matière à interprétations. Il y a des références bibliques (David) et d'autres plus personnelles, donc qui se rapportent à l'auteur (à l'origine, Leonard Cohen). En gros, le thème est l'amour déchu et les souffrances qui en résultent.

Et je ne crois pas que ce soit un hommage à Dieu, mais plutôt un appel de détresse, un dernier recours. Celui de quelqu'un qui souffre trop et qui demande seulement qu'on le laisse tranquille....

video

samedi 20 décembre 2008

Les émeutes et les occupations continuent

Bon je sais, c'est le bordel en Grèce, il y a une grave crise sociale et moi je parle du culte de la beauté! Mais bon, j'écris ce qui me passe par la tête et non ce qui est au goût du jour.

Mais j'ai dit que je ferais une analyse de la situation, alors je vais tenter la chose ici.

Ce qui est important de saisir selon moi, c'est que les émeutes et les occupations (entre autre des établissements scolaires), ne sont pas le seul fait du meutre du jeune de 15 ans par deux policiers en service, mais le résultat d'une crise beaucoup plus profonde, soit celle de l'économie. Les jeunes n'ont pas d'avenir (pas de perspectives d'emplois intéressantes) et se rebellent en conséquence. Comme le mentionne cet article, le phénomène grec pourrait se répendre au reste de l'Europe, car des conditions semblablent s'y retrouvent:

http://www.zmag.org/znet/viewArticle/20009.

Autre article intéressant qui va un peu dans le même sens que le précédent, soit que cette crise est beaucoup plus profonde et est entre autre liée à la privatisation de certains services et biens publics ainsi que des mesures impopulaires et néo-libérales:

http://www.zmag.org/znet/viewArticle/19985.

Celui-ci a un côté un peu plus historique, relatant entre autre l'impunité policière au fil des ans:

http://www.zcommunications.org/znet/viewArticle/19930.

Puis finalement, une entrevue avec un «insider», qui permet de mieux comprendre la frustration chez les jeunes en Grèce et les raisons du soulèvement populaire:

http://www.zcommunications.org/znet/viewArticle/19923.

Bon je crois quand même que ces articles résument bien la situation et nous amènent un éclairage intéressant par rapport à ce qui se passe en Grèce. L'aspect historique pourrait être plus développé, mais une recherche rapide en ce sens peut aider (wikipedia est un outil merveilleux!). Les évènements sont quand même bien suivis sur Internet, si les développements vous intéressent.

Je pense aussi que la question des organisations sur place est également d'une importance capitale. Nous n'avons pas ici ce même niveau d'organisation, ceci étant lié à des facteurs historiques, mais peut-être encore davantage numériques. Plusieurs personnes oublient rapidement à quel point le Québec est petit et Montréal une ville plus ou moins populeuse si on se compare au reste du monde. Il est normal qu'il y ait moins de radicaux qui s'organisent ici, car il y a tout simplement moins de gens!

vendredi 19 décembre 2008

Le culte de la beauté et de l'apparence

On est tous et toutes, soumis et soumises à ce culte. On ne peut pas y échapper. Bien que je trouve profondément stupide de juger quelqu'un selon son apparence, je le fais moi aussi, à un certain niveau.

Bien que ce qui devrait compter chez une personne au moment d'entamer une relation est d'abord et avant tout sa personnalité, c'est dans la grande majorité des cas, l'apparence physique qui détermine le fait que l'on soit en couple ou le fait que l'on reste dans sa solitude.

Nices guys finish last.....

video

Le clip et la chanson vont plus loin que ce que je décris plus haut, dans le sens où l'idée d'apparence physique est associée au mensonge. La beauté devient laideur...

Seul truc à souligné, c'est le paradoxe de la jolie chanteuse d'Evanescence qui dénonce le culte de la beauté. Hors dans ses clips, elle utilise pas mal de make-up, s'habille bien et on nous vend son image autant que le contenu de ses chansons, si ce n'est plus.

Comme semble nous dire le clip, je trouve moi aussi que le culte de la beauté, est d'une laideur sans mot.

L'effet papillon

Avez-vous déjà tenté de remonter dans le temps? Je veux dire par là, de corriger ce que vous jugiez une erreur commise de votre part dans votre passé et vous avez ensuite tenté de modifier vos actions passées afin de changer la façon dont les choses se sont déroulées dans votre vie?

C'est un peu l'objet du film, the Butterfly effect (l'effet papillon en vf). Le type se sert de ses cahiers (journal intime) et par la force de sa concentration, il est capable de remonter dans le temps et de changer certains évènements majeurs de sa vie. Le problème c'est qu'en voulant corriger une erreur ou un évènement tragique, quelque chose d'autre de terrible se produit. Et lorsqu'il tente à nouveau de corriger cette nouvelle erreur, ces gestes en entraînent une autre. Il est ainsi pris dans un cercle sans fin et est incapable de s'en sortir et ce jusqu'à la fin du film.

J'ai moi-même tenté la chose, mais pas en utilisant des cahiers ou un journal intime. Bien qu'il soit possible en principe de recréer une scène passée, j'ai appris (à la dure) que les choses évoluent et que le scénario désiré est rarement identique à celui qui relève de notre passé.

Et c'est aussi le message de la chanson qui accompagne le vidéo. On ne peut pas changer notre passé, il faut accepter les choses telles quelles se sont produites et continuer notre route. C'est bien dommage dans certains cas, mais ainsi va la vie.

Je me plains beaucoup au niveau de ma vie affective (non sans raison) ou plutôt de ma non-vie affective, mais le fait est qu'on ne fait pas l'histoire avec des si et qu'il ne me sert à rien de me dire que j'aurais pu faire cela ou ceci. Je dois moi aussi pousuivre ma route, bien que l'espoir soit bien mince, voir inexistant.

Je me plais à penser qu'une certaine forme de justice aura lieu un jour.

Peut-être la mort.....

video

mercredi 17 décembre 2008

Un projet militant?

Ma vie est insignifiante, je l'admet, mais au moins je ne prétends pas le contraire. Je n'adhère pas au discours jovialiste du «quand on veut on peut», mais je tente de ne pas sombrer dans le fatalisme. Je crois que nous pouvons changer certaines choses et à la limite, nous pourrions changer cette société de fond en comble (en théorie), mais pour ça, ça prendrait une bonne dose de courage et de volonté. Deux aspects qui nous font souvent défaut (aucune idée à qui s'adresse ce «nous»....probablement à «vous»).

Les gens de nos jours ont peu de temps pour s'impliquer, à cause de leurs études et/ou de leur travail et l'orsqu'ils le font, ils le font dans une perspective réformiste et ce même s'ils sont révolutionnaires, au niveau de leurs idées. Mais voilà, que vaut une idée si on ne l'applique pas?

Puis honnêtement, qui est prêt ou prête à faire de la prison? Qui est prêt ou prête à mettre sa vie en jeu?

J'ai choisi cet extrait, car il résume bien selon moi la colère que l'on retrouve chez les personnages du film. On nous vend une idée fausse de la société et surtout de la vie et c'est contre ces mensonges que les personnages se révoltent. Ils tentent de trouver un sens à leur existence puis ils tentent de combler le vide de leurs vies en fondant le Fight Club puis en participant par la suite à leur projet révolutionnaire. Avant, ils comblaient ce même vide par un travail aliénant ou par la consommation d'objets et de biens dont ils n'avaient pas besoin.

J'admets avoir beaucoup de travail à faire de mon côté sur ma propre personne. Je pense que c'est la base de tout changement social. On doit commencer par soi-même et non pas par son voisin ou sa voisine.

Je rêve d'un regroupement qui serait radical, non seulement au niveau de la diffusion de ses idées, mais aussi par ses actions et ses gestes d'éclats.

Mais j'ai l'impression que même si ce message serait diffusé largement, il trouverait peu d'échos. Même si je prends le soin de préciser qu'il n'est pas nécessaire d'aller aussi loin que ce que l'on voit dans le film (basé sur un livre en passant), je doute trouver qui que ce soit d'assez crinqué pour embarquer dans un truc semblable.

Il faut toucher le fond pour en arriver à ce point.

À ce niveau, je suis bien parti.....

video

mardi 16 décembre 2008

Mon coeur pourri par en dedans.....

Je vais passer un très bon temps des fêtes....

video

jeudi 11 décembre 2008

C'est mon concept ça!

C'est fou ce qu'on trouve en faisant des recherches sur google:

http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20070726092903AAE3F2o.

La personne faisait une blague, mais elle a vraiment sorti le même mot que j'utilise pour mon blog et ça relève exactement du même concept, soit la fusion entre l'anarchisme et le nihilisme.

Et moi à cette question je réponds: tout à fait!!!

mercredi 10 décembre 2008

La crise se poursuit

Je tente de suivre les évènements en Grèce, malgré la fin de session.

://www.europe1.fr/Info/Actualite-Internationale/Europe/Grece-encore-des-emeutes-sur-fond-de-grogne-sociale/(gid)/186585

Il y a des dissensions au sein du mouvement de contestation entre une partie plus pacifique et une prônant des actions plus musclées: http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafJ8D4.html

Ha ce bon vieux débat violence ou non violence..toujours aussi passionnant!

Je vous laisse deviner de quel côté je penche.

Quand on cherche on trouve! Je dis qu'il n'y a pas grand chose du côté mainstream au Québec sur les évènements, mais en ce qui concerne la src (à tout le moins leur site Web), on y publie un article sur le sujet par jour, du moins c'est ce que j'ai cru constater jusqu'à maintenant:

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2008/12/10/001-grece-greve-mercredi.shtml

Je n'y ai pas encore vu d'analyse critique ( je suis peut-être passé à côté), mais dans leur cas, ce n'est pas forcément une mauvaise chose.....

Par ricochet ? http://www.cyberpresse.ca/international/europe/200812/10/01-809094-ladolescent-tue-par-le-ricochet-dune-balle-tiree-par-un-policier.php

Disons que j'ai des doutes au niveau de ces nouveaux développements.... (j'adore les points de suspensions et les !)

Pour un lien plus partisan: http://emeutes.wordpress.com/ (merci à la NEFAC pour ce dernier)

Le dernier est un blogue qui suit les évènements au jour le jour.

Je vais procéder à des mises à jour de ce blog, au fur et à mesure où je vais trouver des liens intéressants. Disons qu'ici, les évènements me semblent peu couverts par les médias de masses, à moins que ce soit moi qui n'a plus le temps de les consulter par les temps qui courent.....

Je vais probablement avoir besoin de temps avant de pouvoir me lancer dans une analyse de la situation à 5 cents, analyse qu'attendent mes 3-4 lecteurs et lectrices avec impatience (le nombre est gonflé à cause de l'inflation).
.........................................................................................................................................................................

Aussi je prends ici un semi-engagement afin d'éviter de parler de mes déboires avec la gent féminine à l'avenir. Mais je vous averti tout de suite que je prévois déjà me lamenter au moins une dernière fois dans les prochains jours, car j'anticipe un flop monumental au cours des prochaines heures.

Et j'ai déjà choisi la chanson qui accompagnera mes maugréments et mon fiel de gars frustré, penaud et complètement anéanti.

Je pense qu'on peut conclure que j'ai dû faire quelque chose dans une vie antérieure de profondément misogyne pour mériter ce rejet systématique et ma foi, franchement injuste à première vue.

Je devais être Jack l'éventreur.....

dimanche 7 décembre 2008

J'aime bien ce passage....

«Qu'as-tu à regarder la paille qui est dans l'oeil de ton frère? Et la poutre qui est dans ton oeil à toi, tu ne la remarques pas! Comment peux-tu dire à ton frère: Mon frère, attends, que j'enlève la paille qui est dans ton oeil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien? Hypocrite, enlève d'abord la poutre de ton oeil; et alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l'oeil de ton frère».

You know the book, p. 1361-1362, ch. 6, versets 41-42.

Une nouvelle tradition

Il n'y a pas qu'en France et à Montréal-Nord où des émeutes éclatent à cause de la brutalité et la stupidité policière. Comme en fait foi l'article en lien avec ce message.

Le meurtre me semble tout à fait gratuit et aurait pu être évité facilement. Le policier sera accusé d'homicide «involontaire». Probablement pour avoir une peine réduite....s'il est puni.

Et je suis content d'apprendre que les émeutiers s'en prennent à des banques, commerces et édifices gouvernementaux.

C'est mieux que d'attaquer des pompiers (chose qui était arrivé en France).

Il faut quand même savoir foutre le bordel de manière civilisée tout de même.....

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2008/12/07/001-grece-emeutes.shtml

PS: Cyberpresse.ca parle plutôt d'homicide volontaire.... Donc la nature des accusations envers le dit policier (un collègue serait accusé de complicité) reste à éclaircir.....

vendredi 5 décembre 2008

Obsessions et morosité

Ma vie est d'une platitude hallucinante. Non seulement elle est dépourvue de sens et d'intérêt, mais elle est aliénante et va à l'encontre de toutes les conneries qu'on entend sur elle par le club des «j'aime la vie et je m'éclate».

Je cultive ma solitude et bien que la chose soit redondante, j'ai peu de gens à côtoyer de toute façon.

Par les temps qui courent j'étudie à moitié pour mes examens (le niveau de motivation établissant des records de médiocrité) et je cherche sans cesse des choses sur le web que je ne devrais pas chercher.

Non je ne faisais pas ici référence à de la pornographie bestiale sud-africaine, mais à des images et des bouts de textes ou de courriels provenant d'une demoiselle qui me fait de l'effet (et j'en trouve), mais qui aussi me pousse dans un gouffre sans fonds.

Bien sûr tout semble indiquer qu'elle n'a aucun intérêt pour moi (ce qui est toujours le cas de toute façon), mais n'ayant aucune estime de moi-même et considérant n'avoir rien à perdre, je vais probablement faire un «move» maladroit, stupide et inutile qui créra une ambiame, ma foi fort agréable pour la prochaine session d'hiver (elle sera dans tous mes cours).

Je cherche également (en vain dans ce cas-ci) un texte lugubre et douteux qui parle de moi et que je n'ai jamais réussi à retrouver.

Vous voyez donc que je déborde présentement de joie et je tenais à partager ma bonne humeur au monde entier.

La vie est vraiment bien faite.

Vraiment.

video

PS: En passant Édith, Gilles Vigneault, ça fait pas la job pantoute!

C'est un flop!

Bien que j'ai dénoté un certain enthousiasme en ce qui concerne l'écoute du prolifique groupe STI, il semblerait finalement qu'il soit impossible de transférer des fichiers winamps sur ce blog. Et contrairement à ce que certaines personnes pourraient penser (1 en fait), des fichiers mp3s ne m'auraient pas plus aidé. En dehors des images, on peut uniquement transférer les fichiers suivants: AVI, MPEG, QuickTime, Real et Windows Media.

Vous devrez donc trouver votre source de divertissement ailleurs.....

Je vous suggère de louer un clown.

mercredi 3 décembre 2008

À la demande générale!

Bon, pour être être franc c'est juste Vanitée (amie et collègue de blogs) qui m'a laissé un commentaire m'incitant à blogger (chose que je prévoyais faire de toute façon), mais mon titre vise à entretenir le mythe (en fait pour le démarer) que je suis très populaire sur le net. C'est sûr que ça fonctionnerait mieux si je n'avouais pas moi même que la chose est une fumisterie (ploguez moi ça 5 ou 6 fois dans un party sans que personne s'en rende compte, juste pour le fun),mais bon je suis comme ça: cave!

J'avoue être très peu productif par les temps qui courent (et je ne suis pas le seul), mais mon enthousiasme par rapport à ce blog a considérablement chuté et ce après une semaine. Au début ça me semblait une bonne idée, mais maintenant je vois la chose comme une corvée....

Mais bon, l'exercice à quand même certains attraits, comme celui de dire absolument n'importe quoi et ce à n'importe quel moment.

Observez.

Il est présentement (au moment où j'écris) 23:38.

«Tomate, poulet, vagin, thermomètre, géographe, couilles, hamster, stéthoscope, bougie, chat et vol-au-vent».

Que de liberté!

Bon, l'essentiel de mon message était supposé concerner une chanson sur laquelle je suis tombé dernièrement . Sur Wikipédia, on dit qu'elle a surtout été reconnue comme étant une toune extrêmement poche. Hors je trouve que c'est une très belle mélodie, même si à première vue, les paroles semblent stupides. Je crois qu'elle a quand même un message intéressant (quoique quétaine), mais surtout un air et une sonorité à laquelle on est plus ou moins habitué.

video

Bref, je considère avoir fait une «découverte» et je tenais à la partager à 3-4 personnes (marge d'erreur de 100%).

En terminant, si je réussi à accumuler 2 ou 3 commentaires sous ce «post», je vous ferez entendre des tounes inédites de STI, un groupe médiocre et intentionnellement stupide dont j'ai fait parti.

Bien sûr, elles ne seront pas inédites si vous vous appelez Cédrique ou Mitch, car vous jouiez dans ce groupe.....

PS: La question de ce soir. Devrais-je lui dire, oui ou non? Hier encore, je penchais défénitivement vers le non, mais ce soir, le oui reprend le dessus.

Resterait dans le cas d'une victoire du oui (50% + 1) à trouver quoi dire.....

dimanche 30 novembre 2008

Jésus, en faveur de la guerre civile!

Bien qu'il ait pu vouloir dire autre chose, le prochain passage démontre bel et bien que Jésus est venu sur Terre pour foutre la marde!

Jésus cause de dissensions

«N'allez pas croire que je suis venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive. Car je suis venu opposer l'homme à son père, la fille à sa mère et la bru à sa belle-mère: on aura pour ennemis les gens de sa famille. »

copyright la Bible, page 1302-1303, chapitre 10, versets 34-36.

NB: Les chapitres sont écrits en gras et les versets sont écrits plus petits.

samedi 29 novembre 2008

La thérorie du château de cartes

Bon au départ mes intentions étaient de retranscrire la citation telle quelle ici même, mais après des recherches infructueuses, je vais tout simplement l'exprimer dans mes mots.

C'est un passage tiré des possédés, de Fedor Dostoievski.

En gros l'un des personnages du roman y compare la société à un château de cartes chancelant. Il affirme que les réformistes tentent tant bien que mal de faire tenir ce château, en essayant de l'améliorer, plaçant telle carte à tel endroit, en ajoutant une autre, etc.


Hors c'est la base du château qui est mal foutue, comme l'est la base de notre société. Et dans ce cas, il ne sert à rien de tenter de faire tenir notre château chancelant, c'est une cause perdue. Il faut donner une bonne claque dans le château de cartes et repartir à neuf...


Les progressistes de nos jours ne font que se battre pour des réformes, même quand ils ou elles se prétendent révolutionnaires. Hors ce n'est pas du tout le sens d'une révolution, soit un changement radical. Et ce changement, n'en déplaise à l'opinion générale sur ce sujet, passe par une phase de destruction. Mais dû à un certain humanisme, fort louable à bien des égards, cette idée (et ses conséquences) est repoussée du revers de la main. On cherche des alternatives, mais surtout, on cherche des excuses.


Je ne suis pas nihiliste (et ne le serai probablement jamais), mais il me semble que ces derniers sont plus raisonnables et réalistes que les anarchistes par rapport au comment de la révolution. Le problème avec eux (entre autre chose), c'est qu'ils n'ont aucun projet de société (un peu comme les partis politiques qu'on nous présente aujourd'hui, quoi que l'on puisse défendre l'idée que leur projet de société est le statu quo et dans certains cas, un retour en arrière). L'après révolution est un vide total. Mais là-dessus, ils et elles rejoignent la grande majorité des anarchistes qui peuvent vous expliquer assez clairement ce contre quoi ils se battent, mais quand vient le temps de dire pour quoi, c'est moins évident. L'autogestion, oui, mais encore?


Pour finir et pour tracer un parallèle avec ma propre existence, je crois que les nihilistes (s'ils effectuent un retour), seront des gens qui auront été rejetés et qui petit à petit, ayant accumulé haine et rancoeur, voudront se venger, tout simplement.


Je ne me rendrai pas à ce stade, bien qu'à force d'être considéré comme un bon ami, on peut se lacer....



video


NB: Bien sûr, l'accumulation de frustrations pourrait venir d'ailleurs pour d'autres, comme de la pauvreté, qui est elle aussi, une forme d'exclusion sociale. On parle de ce qu'on connait....

vendredi 28 novembre 2008

J'entends des voix....

Si je suis pour écrire des trucs plutôt sombres et dérangeants, aussi bien avoir de la musique de circonstance!

video

jeudi 27 novembre 2008

Déception, dilemne, philosophie, injustice et dégoût

Je déroge totalement. Je suis comme un politicien, un vrai. Je promets une chose un jour, j'en dis une autre le lendemain. J'avais effectivement affirmé dans mes messages précédents que je ne parlerais pas de ma vie sentimentale, inexistante de toute façon. D'une manière, cette affirmation tient toujours. Mais, malheureusement, à défaut d'avoir une vie sentimentale, j'ai des sentiments. Sentiments sans cesse bafoués, qui ne servent qu'à me torturer, à me tourmenter et à me faire du mal.

J'éprouve un sentiment d'injustice. Oui, il y a la guerre, la famine, la pauvreté, les génocides, les orphelins, les enfants malades, les femmes battues, les sans-logis, les éclopés et j'en passe. Mais voilà, je suis moi aussi, à ma façon, exclu de la société et victime d'injustice.

J'aimerais demander réparation. J'aimerais obtenir vengeance et que justice soit faite.

Hors je suis seul, vulnérable et inoffensif. Toute cette colère ne s'exprime pas, ne fait que me consumer....

Je plains le temps des nihilistes. Non, je prône leur retour. Qu'ils et elles sortent de leurs tanières au grand jour qu'on en finisse avec cette société branlante. Enlevons les gants blancs et salissons nous.

Le lien entre le nihilisme et l'Échec sentimental?

On ne saurait l'être autrement et ce dernier nous y amène forcément, avec l'usure.

À venir, la théorie du château de cartes.....

À vos risques et périls!

Bref message ici pour vous dire que j'ai ajouté un lien sur mon blog, vers un autre, soit le blog d'un de mes amis du secondaire (que j'apprécie), mais que le contenu pourrait peut-être choquer certaines personnes ou à tout le moins, entraîner un questionnement, une moue ou je ne sais trop. Juste pour dire qu'il me semblait normal de le mettre comme lien, mon camarade bloggueur ayant fait de même sur son blog.

Voilà.

Juste au cas où mes 2, 3 lecteurs et lectrices me poseraient des questions par rapport à ce sujet....

mercredi 26 novembre 2008

Aucun service

Au prix des passes d'autobus, il me semble que la moindre des choses, serait d'arriver à l'heure, non? Et bien il semble que ce soit trop demandé. Ainsi, je vais rater ma réunion et ma journée est gâchée.

Après ça on se demande pourquoi les gens ne prennent pas le transport en commun.....

mardi 25 novembre 2008

Mais....... mais, c'est qu'elle se sauve!

C'est au moment où une personne que vous trouvez particulièrement attirante, se sauve de vous, que vous vous rendez compte que vous n'avez aucune chance....

Et suis-je le seul à penser que le débat des chefs, ressemblait pas mal à une émission de 110% par moment?

En moins drôle par contre....

Supernatural/Surnaturel

Voila ce que j'écoute pour décrocher, bien que je ne sois plus accroché à grand chose....



video






vendredi 21 novembre 2008

Quand l'ostracisation passe pour de la vertu....

Je n'ai pas vraiment l'intention de partager ma vie sentimentale sur ce blog et même si j'en avais le désir, ce serait bien difficile de le faire, cet aspect de la vie m'étant totalement étranger et ce depuis ma naissance. Les gens qui s'ennuient après quelques mois sans relation me font bien rire, quand ce n'est pas vomir. Un quart de siècle de solitude dans mon cas. Pensez-s'y.

Comme l'indique mon titre, il me semble très tentant, de même qu'extrêmement poétique, de faire passer un manque d'intérêt total de la part de l'autre sexe à mon égard, pour une forme de désintérêt de ma part pour la chose sentimentale et sexuelle. Mes nombreuses tentatives sans aucun succès auprès des filles et mes nombreuses années de solitude deviennent alors un exploit, que j'ai accompli par ma détermination et mon endurance. C'est moi qui rejette l'amour et la jouissance, bons pour les faibles. Je deviens alors une sorte de moine spirituel, un grand esprit et un homme sage.

Bien sûr tout ça n'est que de la frime et vous le savez, puisque je vous l'ai dit. Mais ils s'en trouvent qui croient vraiment que les gens seuls, le sont parce qu'ils l'ont forcément choisi. Ne pas pratiquer de relations sexuelles est perçu comme un choix personnel, comme on choisi sa coupe de cheveux. C'est sans fondement, mais comme il me semble beaucoup plus valorisant d'un point de vue personnel de faire passer l'ostracisation pour une forme de vertu, voila ma position officielle par rapport au sexe, l'amour et toutes ces bassesses de l'être humain: je suis au-dessus de tout ça, j'en ai fait mon deuil.

Je suis donc maître de mon corps, de mon coeur et de ma tête. Nul besoin de rien, ni de personne, je me suffi à moi-même.

video

NB: Je voulais initialement parler du retrait du chandail de Patrick Roy (sans farce!), mais vous voyez que ça a dévié.

jeudi 20 novembre 2008

Je vais quitter....un jour

J'avoue faire preuve d'un certain relâchement aujourd'hui, mais ce n'est que pour vous relancer de plus bel demain. J'aimerais souligner également que ma collègue (de mucus et associés) n'a rien publié ce jeudi, donc il me semble que l'on puisse conclure à ma supériorité au niveau de la blogosphère. En effet, il s'agit bien sûr de publier au moins un message par jour.....

Mais non je te niaise poulette et divague de A à Z! Quand on a pas grand chose à dire, on bouche les trous comme on peut. Parlez en à André Arthur.

Je vous laisse encore une fois avec une chanson, cette fois exprimant le fait que tôt ou tard, je quitterai mon trou à rats.....

video

Maudite imprimante à marde!

Sacrer contre la technologie me fait un très grand bien.

Suis-je un primitiviste?

mercredi 19 novembre 2008

À la lueur de nouvelles informations....

Bon ma collègue blogueuse (que je salut) y était et je crois comprendre que je n'aurais pas pu entrer dans la salle de toute façon, celle-ci étant bondée. Chose que je savais, car j'y suis passé après le cours avec ma camarade de classe (que je salut également). Mais ce que je me demandais, c'est à partir de quand la salle était pleine? Après lui avoir parlé (et après m'être rappelé qu'il y avait déjà une file pour entrer avant que mon cours débute), je pense pouvoir conclure que de toute façon, je n'aurais pas pu assister à cette conférence.

C'est donc un flop, mais un flop avec circonstances atténuantes......

Pourquoi voulais-tu rester?

J'ai manqué ce soir une conférence donné par Howard Zinn (peut-être l'historien le plus pertinent en ce moment) à cause d'un demi-cours? En fait, à cause que j'ai bêtement fait exactement la même chose que ma camarade de classe, qui a décidé (pour une raison que j'ignore totalement) de rester pour assister au cours, alors que nous avions fait le travail pratique dans la première partie, qu'il y avait à peine 45 minutes de matières à donner et que de toute façon, ayant fait une technique en documentation, elle connaissait déjà la matière, du moins en bonne partie.....

C'est vrai que j'aurais pu quitter tout de même, que le fait que ma «chum de classe» décide de rester au cours, ne m'obligeait en rien à faire de même, mais voilà, j'ai été platement suiveux et j'ai manqué la chance de voir Zinn, qui ne reviendra probablement pas à Montréal, étant quand même assez âgé.

Pourquoi avais-je besoin de l'approbation d'autrui pour m'en aller, alors que j'avais de très bonnes raisons de le faire? Pourquoi aurais-je du me sentir coupable de quitter, sachant qu'il aurait été facile de me renseigner sur ce que j'avais manqué par après?

Moi à tout le moins, je ne voulais pas rester. J'ai tout simplement choké. Je m'attendais à ce qu'elle quitte, elle ne l'a pas fait....et j'ai purement et tout simplement, choké.

Mais une question demeure (et elle restera sans réponse), pourquoi voulais-tu rester?

Sans doute qu'elle avait peur de perdre de la matière, le fait que la prof était toujours en classe l'a fait hésiter, mais surtout qu'au fond, elle ne tenait pas tant que ça à y aller......

mardi 18 novembre 2008

Le mieux serait de les ignorer, mais.....

La tentation est trop grande. Ce ne sera qu'une parenthèse, que je ne prévois pas rouvrir. Mais je voulais parler d'un «collectif» (surtout le fait d'un individu en particulier et de quelques uns de ses acolytes) qui s'acharnent à tirer sur tous les anarchistes qui ont le malheur de ne pas penser comme eux et comme elles. Remarquez qu'avec ces gens là, on sait contre quoi (mais surtout contre qui) ils sont, mais on ne sait pas trop pour quoi ils sont.....en dehors de luttes fratricides virtuelles. Ils se sont nommés juges (remarquez ici le paradoxe) et ont décidé de lancer une grande chasse aux sorcières. Avec eux, c'est le retour à l'Inquisition et à la lutte aux hérétiques.



Je trouve très drôle qu'ils se soient fâchés à cause d'un groupe nommé de l'Ostie de Marde (vous avez bien lu!) et j'espère qu'ils continueront de perdre leur temps avec leurs guerres imaginaires. Il fût un temps où moi aussi j'ai agi de façon stupide et perdu mon temps et mon énergie dans des «combats» ne menant nulle part, mais à un moment donné, on finit par comprendre et on passe à autre chose. Rien n'est plus ridicule qu'une bande d'anarchistes s'obstinant à savoir qui l'est et qui ne l'est pas et à savoir qui pissera le plus loin, le soir de la révolution (qui n'est pas sur le point d'arriver!).



Je n'ai rien contre la critique lorsqu'elle est constructive, mais je déteste les gens qui se mettent sur un piédestal pour juger les autres de haut et qui sont incapables de faire preuve d'autocritique. Je déteste l'idée qu'une organisation veulent imposer aux autres La voie à suivre et imposer Sa façon de penser, raison pour laquelle j'ai toujours détesté les communistes. Remarquez qu'aujourd'hui, je me fou bien que des gens se masturbent devant Karl Marx, si ça leur chante. Pour plusieurs raisons, je ne me revendique plus vraiment comme étant anarchiste ( de moins en moins en tout cas), alors que c'est quelque chose qui m'était très cher, il n'y a pas très longtemps de ça. Remarquez que le titre de mon blog ne veut rien dire comme tel et ce n'est pas un hasard.



Je ne les nomme pas directement (ils adorent faire de même sur leur forum, à propos d'un paquet d'individus qu'ils se plaisent à salir), mais si jamais il y a des demandes spéciales en ce sens, je me ferai un plaisir de vous envoyer sur leur site Web (vous pouvez aussi trouver celui de l'Ostie de Marde, plutôt inactif). Ils ont déjà écrit un (ou des?) truc (s) à mon sujet, mais puisqu' ils ne nomment pas les gens directement et que je n'arrive plus à trouver le texte me faisant directement référence, je vais laisser les choses telles quelles.



Je termine avec cette chanson, qui résume bien selon moi l'attitude de ces «maîtres anarchistes».





video

lundi 17 novembre 2008

Le cirque électoral

Nous sommes en période d'élections (encore une fois) et il me semble inévitable d'en glisser un mot. Bon, pas que ce soit forcément captivant, mais ça fait parti des choses qui sont supposées me faire maugréer, blogger et écumer. Voulez-vous bien me dire pourquoi on devrait être contents et contentes de choisir qui va prendre toutes les décisions nous concernant à notre place? Comment peut-on associer les mots liberté et démocratie à cette mascarade? Quelles sont les véritables raisons de voter, en dehors d'appuyer et légitimer ce système pourri? Le fait qu'il y ait des dictatures ailleurs, ne légitime pas le processus qu'on nous impose ici pour autant. Et bien qu'on ne vive pas (en théorie) sous une dictature, on en est pas si éloigné. Ici elle prend une forme sournoise et un visage amical, c'est tout.

Je ne pense pas vraiment revenir sur le sujet outre mesure, car il est assez notoire au sein de la population (et des 2, 3 personnes qui lisent ce blog) que les politiciens passent leur temps à nous mentir en pleine face et qu'ils ne sont pas là pour servir nos intérêts, mais les leurs et principalement, ceux de leurs amis du monde des affaires.


Et malgré l'enthousiasme certain (tel que démontré plus bas) d'une partie de la population étasunienne (et du monde entier), nos voisins du sud ne sont pas un cas d'exception et lorsqu'ils vont redescendre sur terre, ils vont s'apercevoir que leur pays est encore un empire et que ce sera en grande partie, «business as usual».

Ce sera la même chose ici, le party en moins......


video

NB: Le correcteur de l'ordi me proposait d'écrire «peton», «petons» ou «pétons » à la place de «peut-on » Ce sera pour une prochaine fois!

dimanche 16 novembre 2008

Dimanche, jour du Seigneur.

J'avais bien dit que j'étais ici pour briser des records et pour cela il faut selon moi bloguer souvent et surtout au moment où l'on a absolument rien à dire.



Notez d'entrée de jeu que je fais ici référence au Créateur et non au Seigneur des anneaux. Quoi que dans les deux cas, il puisse s'agir de deux êtres totalement fictifs.....



Si l'on se fie à la Bible ( que je consulte régulièrement), Jésus n'a jamais désiré qu'on fonde une Église en son nom pas plus qu'une religion avec une hiérarchie, un Pape et toute la patente. Je suis trop paresseux pour trouver des passages pertinents (quoi que selon moi, citer des passages de la Bible va devenir de plus en plus populaire auprès des 25-30 ans), mais je vous encourage à faire l'exercice.



Je vous encourage également aujourd'hui à blasphémer, à adorer un veau d'or et à renverser des autels d'églises.



Je vous quitte sur une réflexion personnelle. Si Adam et Ève est une connerie monumentale (et je n'en doute pas), qu'en est-il de la théorie de l'Évolution? Je ne dis pas qu'elle est fausse en tout point ou quelle n'apporte aucun élément intéressant. La vie évolue et les êtres vivants s'adaptent constamment à leur environnement. Là-dessus, rien à redire. Mais quand on se penche un peu sur l'origine de l'être humain et les explications qui en découlent......


video



NB: Heureux d'apprendre qu'une banane est abonnée à ce blog!

Que d'exitation!

Je suis en effet exalté à l'idée de répandre mon venin, mais surtout mon insignifiance sur la blogosphère. Propager des fautes d'orthographes est un rêve de jeunesse et j'espère pouvoir le partager avec vous.



J'ai confiance au fait que personne ne me lira et sachez que cela ne m'empêchera guère d'étaler mes plaintes, mes objections et ma prose semi-juvénile sur ce blog, qui commence déjà à vous taper sur les nerfs, admettez le. Ça tombe bien, moi non plus.



J'ai l'intention ici de briser des records. Des records de quoi? Aucune importance! Tant que je passe à l'Histoire, la raison m'importe peu. Si je dois m'immoler dans un sleeping bag avec un dessin de marmotte, je le ferai. Yes, I can!



Mon but est donc de repousser les limites permises dans le monde de la blogosphère et je compte bien m'atteler à cette tâche dans les jours qui suivent. Si je comprend bien les limites allouées par rapport au contenu de ce blog, «il est entre autre interdit de publier du contenu qui promeut la haine envers des groupes en fonction de la race ou de l'origine ethnique, de la religion, du handicap, du sexe, de l'âge, du statut de vétéran et de l'orientation/identité sexuelle.». Si je comprends bien, les instances gouvernementales, les entrepreneurs, l'élite en général, etc., ne sont donc pas protégés par ces limites. On peut aussi attaquer un individu seul, car on parle ici de groupes et non d'un individu. Un rabbin, seul, est donc sans défense....Mais bon, c'est surtout les premiers mentionnés qui m'intéresse, mais c'est toujours bon à savoir!



Il faut, notez le bien, être prudent au moment de faire des commentaires. On peut traiter de «crisses» les membres du PLQ, mais pas de «vieux crisses » ou de «vieilles crisses». En effet, on ne peut discriminer selon l'âge. Notez parcontre qu'étant un intellectuel de renom inconnu de pas mal tout le monde, mon niveau de langage sera toujours très relevé et je l'espère bien, tout à fait incompréhensible. Sans, cela, je ne pourrais pas prétendre être un intellectuel et la chose me vexerait, au point de vouloir collaborer avec Jean Lapierre dans le cadre d'une émission de variétés.



Il faut également prendre note, que «Les utilisateurs ne peuvent pas publier de menaces directes de violence à l'encontre d'une personne ou d'un groupe». On peut donc haïr à peu prêt n'importe qui s'il ou elle n'est pas en groupe, tant que l'on ne la menace pas directement. On peut donc menacer indirectement n'importe qui ou n'importe quel groupe. On peut demander à Paul, par exemple: « Tu diras à Charest que je vais lui crisser une ostie de volée!». Paul étant ici un intermédiaire, la menace n'est pas directe. On peut aussi appeler à une révolution armée par l'entremise de Paul. Mais la question est de savoir si on a besoin de Paul, si on appelle à une révolution armée? En effet, on pourrait appeler à une révolution armée sans préciser contre qui elle sera dirigée, ce qui ne pourrait être alors considérée comme étant une menace directe.



Mais dans le doute, demandez à Paul et il se fera un plaisir de passer le mot!



NB: Si certains ou certaines se posent des questions par rapport au titre de l'adresse du blog, j'y reviendrai peut-être dans un blog subséquent.



NB2: Si certains ou certaines se posent des questions par rapport à la cueillette de fruits secs chez les Amérindiens et les Amérindiennes du sud de Candiac, vous êtes un ou une ostiE de fuckéE!