mardi 19 avril 2011

Comme un veillard....

Mais au moins eux savent que leur temps est compté.

Et puis je suis tanné d'entendre qu'on a une seule vie à vivre et qu'on doit en profiter. Comme si ça en faisait sa valeur en soi. Si vous vivez l'enfer sure Terre, vous profitez de quoi? Et le fait que vous n'aurez à vivre l'enfer qu'une seule fois ne peut qu'être qu'une réjouissance.

Vraiment, les gens heureux ne comprennent pas ceux et celles qui ne connaissent pas le bonheur et vice versa.


3 commentaires:

anarchopragmatisme a dit…

Tu devrais faire comme les artistes qui utilisent la tristesse comme outil de leur inspiration créatrice.

Mais en autant que le malheur ne soit pas un état permanent... :(

Bakouchaïev a dit…

Bof, c'est un peu une bonne partie de ce blog non?

Et puis j'ai écrit aussi des chansons, mais je n'ai plus vraiment la tête à ça.

Ça fait tellement longtemps que ça va mal, que même le malheur ne veut plus de moi.

Tout s'écroule tout le temps, l'élément de surprise n'est plus là. Pour vraiment souffrir, il faut que nos espoirs soient déçus.

Or, je n'ai plus d'espoir, par rapport à quoi que ce soit. Voilà longtemps déjà.

anarchopragmatisme a dit…

Que puis-je y ajouter...bah, y a rien à ajouter! :(