mercredi 4 février 2009

L'incompréhension est mutuelle

Je voulais agir comme si le sujet n'existait pas, mais étant donné que c'est la semaine de la prévention du suicide, pourquoi ne pas faire de billet thématique là-dessus? Après tout ce blog est un gros ramassis d'un peu n'importe quoi et s'il y a une ligne de pensée directrice, c'est celle d'un gars chaud qui a été élevé par un couple de chameaux brésiliens ( si on se fie à ce lien, ça existe pour de vrai des chameaux au Brésil : http://www.ciao.fr/Natal_Bresil__Avis_851021 et autre aspect fascinant, si vous tapez chameaux brésiliens dans google, le moteur de recherche vous incite fortement à taper chapeaux brésiliens).



Les gens qui aiment la vie (la grande majorité si on se fie aux dires des gens), ne comprennent pas qu'on puisse ne pas l'aimer. Pourtant, ces mêmes personnes doivent bien être en mesure de concevoir qu'on puisse ne pas aimer un film, un individu, une ville ou un artiste. Alors pourquoi devrait-il y avoir une différence avec la vie? Parce que tout est possible? Vous en fumez du bon!



Notre appréciation de la vie dépend en partie de ce qu'elle nous réserve, de notre perception et tout simplement de nos goûts. On ne vie tout simplement pas la même chose. Certaines personnes n'ont pas d'argent, pas d'amis, n'ont rien à manger, n'ont jamais connu l'amour et ne le connaîtront jamais, certaines personnes se font bombarder quotidiennement depuis leur naissance, etc. D'autres ont tout pour eux. La vie n'est pas un concept attaché à des éléments particuliers. Il n'y a pas une vie. Il y a des vies. Et certaines (trop en fait) sont misérables.



Pour ma part, la vie est un bien mauvais film, joué par Karine Vanasse (elle me tape sur les nerfs) et d'autres acteurs de seconds ordres. Le scénario est non seulement pourri, mais prévisible. Les acteurs et les actrices jouent comme des pieds et l'histoire est ennuyante à mourir. Non seulement ça, mais pendant que je visionne le tout, un maniaque est entré dans la salle de projection et s'est mis à me battre avec une barre à clou. Voilà le plaisir que je retire de cette «fabuleuse expérience» qu'on appelle la vie. Alors vous comprendrez quand on me parle des merveilles de la vie (qu'on ne nomme pas souvent, bizarrement) et ces multiples atouts, je suis à court de mots et je me demande bien de quoi on me parle.



Pour moi, aimer la vie ou aimer Britney Spears, ça revient au même. Je suppose que c'est une question de goût, mais la chose me laisse perplexe et je trouve cette affection particulièrement mystérieuse.



L'incompréhension est donc mutuelle et totale.

4 commentaires:

Bakouchaïev a dit…

J'ai quand même réussi à écrire un billet sérieux (sur le fond et dans son ensemble) sur le suicide en ploguant des chameaux brésiliens, Karine Vannasse et Britney Spears.

Où est mon Goncourt!?

Chatte noire a dit…

je te le donne tout de suite =]

Bakouchaïev a dit…

Cool!

Je pensais que c'était plus compliqué que ça, mais je vais le prendre!

En passant quoi de neuf?

Chatte noire a dit…

Ici il pleut asser violamment.
J'ai donc comme tu l'as peut-être lu, un ami que j'appelle "N.", nous nous sommes "retrouvés" après 2 ans sans nouvelles.
Je vais êtres en vacance ce vendredi 13 au soir. Je suis asser fatiguée, un poil déprimée et complètement inderterminée par rapport à J.
Je n'arrive pas à savoir quelle décision je regretterais le moins.

Sinon grâce à l'option audiovisuel j'ai apris à me servir d'une caméra semi-professionnelle (dans les 5000 euros!).
J'ai aussi regardé La Jettée de Chris Marker, il y a une photo du film sur mon blog (la fille aux cheveux dans le vent). C'est un roman-photo accompagné de musique et voix off qui se veut très intellectuel. J'ai trouvé ça très réussis.
Que dire d'autre? Je pourrais dire que je déteste ma prof de français qui ne laisse pas suffisament de temps pour rédiger un commentaire par exemple. Que j'adore toujours autant mon prof d'histoire. Que je tente de travailler mes maths sur qcmdemath.net mais que je n'arrive pas à me concentrer,...
La vie banale.

Bref en gros, les cours qui se passent plus ou moins bien et ma relation qui elle aussi fait des vagues. Décidemment toujours la même chose.
Et toi alors?