samedi 31 janvier 2009

Sondage: Opium!

Toujours, avoir un titre accrocheur. Bon j'ai mis une connerie dans les choix de réponses pour faire semblant d'être drôle, mais si tout le monde répond Go Habs go, je suis pas certain qu'on pourra conclure quoi que ce soit par rapport à ce sondage.

J'aurais pu formuler ma question autrement, en demandant si vous pensiez que le hockey était une religion au Québec, mais un livre viens de sortir sur le sujet, alors j'ai formulé le tout d'une manière différente, pour faire semblant d'arriver avec de quoi de nouveau comme sujet.

Pour ma part, je répondrais oui à la question posée, ce qui ne veut pas dire que j'ai l'intention de partir en croisade contre le hcokey. Je ne paireais pas pour voir jouer le CH, mais si la chose est gratuite et que je ne les finance pas (directement à tous le moins), je n'y vois pas grand mal.

D'autant plus que c'est l'occasion de se réunir autout d'un point commun et qu'il n'est pas impossible de parler d'autres sujets pendant la partie.

Même de révolution et d'insurection post-anarcho-bizaroïde.

1 commentaire:

Le cent-coeur a dit…

Je ne saurais pas quoi répondre mais il est clair qu'il y a une bonne partie de Québécois qui sont séduits par les Canadiens sans raison. Pendant les dernières séries, je voyais des gens qui montraient leur support à l'équipe mais qui, normalement, ne regardent jamais le hockey. Des drapeaux, des slogans, des produits dérivés, un chant de ralliement, des idôles multimillionaires, ... mon dieu, on dirait presque du patriotisme! Non, sans blague! Pourquoi est-ce que quelqu'un s'identifie automatiquement à une équipe sportive, brandit des symboles l'évoquant, s'y intéresse pour être "comme les autres", méprise les autres équipes, etc.? Pour les mêmes raisons qu'un individu va s'identifier à un territoire. C'est ça le patriotisme, quelqu'un qui s'identifie à un territoire uniquement parce qu'il y est né par hasard.
Il n'y a pas si longtemps, un homme m'a dit que je n'étais pas un "vrai Québécois" parce que je ne m'intéressais pas au Canadiens et au hockey. Je lui ai répondu: "Le jour où mon identité sera définie par l'appartenance à une nation, je vais être le dernier des médiocres. Alors le jour où, en plus de me définir en fonction d'une patrie, je vais fonder mon essence sur une vulgaire équipe sportive, je ne serai rien de plus qu'un tas de merde malodorant". Il s'en alla avec un sourire amer.