mardi 13 janvier 2009

La culture du vide

Que l'on se réfère au cinéma, à la musique, à la littérature ou à la culture en général, je pense que l'on peut parler de notre culture, comme étant la culture du vide. Je ne fais pas ici référence au Québec en particulier, mais je présume qu'il s'agit d'un phénomène planétaire. Il est peut-être davantage présent dans les sociétés de consommation de masse, mais avec la mondialisation, je pense que la «chose» s'est répandu.

Je ne crois pas qu'il s'agisse d'un phénomène strictement contemporain. Je présume que l'on a retenu du passé les grandes oeuvres et qu'on a jeté les navets dans la poubelle de l' Histoire.

Ce billet m'est inspiré à la suite de tournées de la blogosphère. Vous me direz que je ne puis tirer de semblables conclusions à partir de la blogosphère, car un peu n'importe qui s'y adonne. Au contraire, je crois que justement, puisque c'est un moyen efficace de diffuser sa pensée, je crois bien que la blogosphère est un très bon reflet de notre culture et de la société en général. Et je dois dire que ça ne vole par très haut dans l'ensemble.

Bien sûr, les gens ne se prennnent pas vraiment au sérieu par rapport à tout ça. Moi même je fais peu d'effort, car je me dis que de toute façon, je suis à peine lu. Mais du moment que les gens prennent la peine de tenir un blog et d'écrire de façon régulière, je crois que l'on puisse porter un jugement.

Ce que l'on retrouve sur la blogosphère, on le trouve aussi à travers la littérature, le cinéma et la musique (ai-je besoin de mentionner la télévision?). Je parle ici d'un manque flagrant d'originalité, d'imagination, de goûts et l'omniprésence d'un culte voué à la banalité et à l'insignifiance. Personne ne se démarque (ou presque, je généralise), personne ne semble avoir une idée novatrice, les commentaires sont impertinents et on se demande bien comment peut-on arriver à produire autant de «vide» en prenant autant d'espace.

Je pense qu'un des problèmes est que nous sommes nous mêmes en partie un produit de cette culture et de notre société. Nous ne connaissons qu'une culture merdique, alors nous la reproduisons. Ça pue, mais c'est moelleux. On est bien là-dedans une fois le nez bouché, alors pourquoi faire un effort? Se sortir de ce cercle vicieux demanderait un certain effort et une prise de conscience, mais on préfère tourner en rond.

Et dans une ambiance semblable, je crains que la «démocratie» représentative et le capitalisme aient de beaux jours.

Ne suffis pas de poser des bombes pour fonder une société nouvelle. Ça prendrait aussi des idées.

De bonnes idées....

4 commentaires:

Chatte noire a dit…

impossible de te donner tord et impossible de nier que je fais aprtie du vide.

Bakouchaïev a dit…

Mais non!

Ton blog est très intéressant, même si je suis souvent confus par rapport à tes messages. Tes photos entre autre sont vraiment biens.

Je pensais aussi que certaines personnes pourraient se sentir visées, mais vraiment je ne pensais pas à toi en écrivant ça, ni à personne en particulier.

De toute façon, mon propre blog est loin d'être d'un intérêt capital.

Je pense que j'aime bien me plaindre et que je suis blasé, c'est tout...

Vanitée a dit…

Je ne suis pas complètement en désaccord avec toi, puisque je ne pourrais nier que "les médias" at large ainsi que toute l'industrie du divertissement de masse produisent beaucoup de merde à saveur sucrée, pleine de calories vides.

Là ou je décroche, c'est quand tu inclue la blogosphère en général la dedans. Il y a certainement des blogues plus ou moins pertinents, (et le mien en fait sûrement parti aussi selon tes critères) mais pourquoi juger, pourquoi remettre en question la pertinence de leurs existence ?

À partir du moment ou l'auteur le fait gratuitement, il est libre de traiter des sujets dont il a envie et de se "répandre sur les Internets " ;) à sa guise, why not?

L'espace est vaste et le possible lectorat aussi. C'est d'ailleurs souvent surprenant de voir le nombre d'habitués qui vont lire leurs blogues favoris, même si je juge que le contenu de certains n'est pas toujours intéressant. Je me dis que si les gens reviennent fidèlement, c'est que ça les rejoints.

En terminant, j'aimerais juste dire que les blogues que je trouve inintéressants ou insipides, je ne les lis pas...

Louis José Houde à dit qu'il ne comprenait pas les gens qui disaient qu'il y avait trop d'humoristes au Québec (on pourrait remplacer "humoristes" par Blogues, les 2 sont des produits de divertissement de toute façon), que c'était comme de dire qu'il y avait trop de sortes de crèmes glacés. À chacun sa saveur préférée, pourquoi remettre cela en question et se plaindre de l'offre qui est accessible ?

De la masse ressortent des perles que je découvre à l'occasion, en creusant bien et ça me suffit pour tolérer le reste.

Voilà, je viens de remplir beaucoup de vide.

Bakouchaïev a dit…

Ben Vanitée (je trouve ça ben drôle de t'appeler de même), faut ben que je chiâle contre de quoi et que je brasse. Je suis supposé être un anarhiliste!

C'est certain que les gens sont libres d'écrire ce que ça leur tente, mais pourquoi ne pas porter de jugement général par rapport à la chose? Je n'ai pas nommé qui que ce soit et je ne pense pas que ce soit une attaque gratuite (je laisse ça à d'autre).

C'est juste que je constate un manque d'imagination flagrant chez les gens ( je rejoins ici une «collègue» blogueuse) et c'est décevant, c'est tout.

Mais en fait, c'est un peu un reflet de la société dans son ensemble. S'il y a des marginaux dans la société, c'est qu'il y a la masse. L'un ne va pas sans l'autre.

Et ce qui sort de cette masse ne peut être qu'uniforme et manqué d'originalité.

Ça fait un bout que je n'ai pas lu sa bio (sur wikipedia je crois), mais il me semble qu'Orwell était un freak total aux yeux de son entourage.

Normal. Un génie dans la masse ne pourrait pas passé pour autre chose.

Mais bon là, je ne sais plus trop ce que je dis.

Et effet, suffis de ne pas lire ce qui ne nous intéresse pas.