lundi 31 août 2009

« Ce n’est tout de même pas le Liban. »

Citation tiré de la lettre aux cons qu'a écrite Francis Dupuis-Déri sur la question électorale et qui est toujours d'actualité. Le texte contient également quelques passages intéressants sur la guerre de chiffons Québec-Canada et la chicane stérile entre le fédéralisme canadien et la souveraineté du Québec. http://increvablesanarchistes.org/articles/2000_apres/2003_lettreaucon.htm.

Je cherchais de la lecture intéressante à conseiller sur mon blog, car je constate la profonde ignorance des gens encore aujourd'hui sur la pensée anarchiste. Je vais continuer mes recherches sur le web afin de trouver des liens intéressants.

Qant à la citation que j'ai reprise pour le titre de mon billet, elle traduit bien la pensée de bien des imbéciles-heureux (j'ai cherché un terme moins péjoratif, mais je n'ai pas trouvé. Désolé.) qui ne comprennent pas que l'on puisse se plaindre de notre «démocratie» libérale, sous prétexte que la situation est bien pire ailleurs.

Nées pour un petit pain comme on dit.

7 commentaires:

anarchopragmatisme a dit…

J'ai lu et ça n'invalide en rien la séparation du Québec comme d'un tremplin plus favorable pour les anars.

Par contre, de nombreuses critiques sont pertinentes et doivent être méditées par les nationaleux étatistes.

Un jour, je le commenterai, peut-être.

anarchopragmatisme a dit…

J'ai de la misère à comprendre pourquoi un intellectuel si réfléchi comme lui appuie sans réfléchir le fémi-favoritisme d'État au Culbec.

Bakouchaïev a dit…

Par rapport à l'indépendance du Québec, il voulait dire que ça ne changerait pas l'essence même de notre société, faite d'exploitation et de domination. On changerait de maîtres et de dirigeants au niveau politique, mais on aurait encore des maitres. Là-dessus il reprend le point de vue généralement défendu par les anarchistes. Et oui, j'ai lu et même relu ce que tu as écrit là-dessus et ça ne m'a pas convaincu en quoi la séparation du Québec du Canada serait un tremplin plus favorable pour les anars.

En ce qui concerne le «fémi-favoritisme», qu'il appuierait sans réfléchir, je crois qu'il aurait bien du mal à dénoncer les masculinistes tout en tenant des propos du genre. C'est délicat aussi de parler de «fémi-favoritisme» aussi quand historiquement les hommes ont dominés et exploités les femmes comme bon leur semble. Et encore aujourd'hui après la révolution tranquille et les avancées des féministes, il y a encore inégalités et persistence du modèle patriarcale.

Bref, ça demeure matière à débattre.

Mouton Marron a dit…

Pouvez-vous m'indiquer à quel endroit il fait mine d'appuyer le féminisme d'État?

Bakouchaïev a dit…

@ Mouton: Je ne fesais que répondre à David par rapport à son supposé appui au féminisme d'État en y allant de supposition, mais il est vrai que je ne connais pas sa position exacte à ce sujet. J'avais pensé le précisé à David et c'est peut-être ce que j'aurais du écrire a la place de mon commentaire.

Mouton Marron a dit…

De toute façon c'était assez pertinent comme commentaire.

anarchopragmatisme a dit…

"Par rapport à l'indépendance du Québec, il voulait dire que ça ne changerait pas l'essence même de notre société, faite d'exploitation et de domination. On changerait de maîtres et de dirigeants au niveau politique, mais on aurait encore des maitres. Là-dessus il reprend le point de vue généralement défendu par les anarchistes."

Je n'ai jamais dit le contraire! Ce n'est qu'un tremplin, pas une recette magique!

"Et oui, j'ai lu et même relu ce que tu as écrit là-dessus et ça ne m'a pas convaincu en quoi la séparation du Québec du Canada serait un tremplin plus favorable pour les anars."

En fait, c'est notre principal désaccord. Il faudra que j'y revienne, c'est certain!

@Mouton Marron

Il a déjà co-écrit un livre là-dessus (même si plusieurs critiques du maqueuelinisme sont pertinentes). J'admets que ça n'a rien à voir avec sa lettre.

@Bakouchaïev

"C'est délicat aussi de parler de «fémi-favoritisme» aussi quand historiquement les hommes ont dominés et exploités les femmes comme bon leur semble. Et encore aujourd'hui après la révolution tranquille et les avancées des féministes, il y a encore inégalités et persistence du modèle patriarcale."

Je dis bien "Fémi-favoritisme d'ÉTAT", en lien seulement avec les institutions publiques. De plus, les fémi-favoritistes souhaitent perpétuer le patriarcat, ce qui va à l'encontre des intérêts des féministes.